GUIDE SANITAIRE 4

BRULURES
Le voyageur est fréquemment confronté à deux types de brûlures:
1 – LE COUP DE SOLEIL:
La durée d’exposition au soleil doit être minimale. Elle est généralement courte en ville et sans con¬séquences car les gens sont habillés, mais à la plage les conséquences d’une exposition prolongée peuvent être graves. Il ne faut se dévêtir que pour aller se baigner, et se rhabiller ensuite. Pour ceux qui veulent s’exposer directement au soleil, il est conseillé d’utiliser des crèmes solaires à fort indice de pro¬tection, voire écran total pour les peaux blanches (blonds et roux). Pas de crèmes bronzantes. Les plus mauvaises heures d’exposition sont comprises entre 10 H et 16 H environ, où les rayons ultraviolets sont les plus intenses. En pratique, ces heures correspon¬dent aux heures habituelles de baignade. C’est pour¬quoi il faut donc appliquer sérieusement ces mesures de prévention. En cas de coup de soleil, appliquer la pommade BIAFINE0 plusieurs fois par jour, en couche épaisse, recouverte de compresses humides et ne plus s’exposer au soleil.
2 – BRULURE DE LA FACE INTERNE DU MOLLET DROIT:
Concerne spécifiquement le passager arrière d’une motocyclette: lors de la descente de la moto, la jambe droite du passager, en short, touche le pot d’échappement toujours brûlant (et situé à droite). Cette brûlure, souvent douloureuse, est difficile à cicatriser et il faut la traiter précocement:
Immédiatement: Passer le membre brûlé sous de l’eau fraîche (eau du robinet) pendant 10 à 15 minutes, le plus tôt possible. Refroidir la brûlure permet de limiter les lésions.
Dans un second temps, en fonction des lésions:
simple rougeur: utiliser BIAFINE0 en couche
épaisse, plusieurs fois par jour;
présence de cloques, de lésions cutanées plus
importantes:
. percer les cloques;
. désinfecter, en évitant l’alcool (retarde la cicatrisation) et préférer par exemple BETA- DINE DERMIQUE0;
. appliquer une pommade grasse en couche épaisse: BIAFINE0 ou VASELINE0;
. appliquer ensuite une compresse sèche
(qui ne doit pas coller à la plaie, d’ou l’importance d’utiliser une couche très épaisse de pommade), puis entourer d’une bande peu serrée pour maintenir le pansement;
. refaire le pansement deux fois par jour pen¬dant deux jours, puis une fois par jour jusqu’à cicatrisation;
comme dans toute plaie ouverte, la vaccina¬tion antitétanique doit être à jour.

CHALEUR
Attention, le soleil est très fort, quelle que soit la sai¬son. Le voyageur portera un chapeau, même pour une éclaircie à la saison des pluies. Une sensation de malaise, des céphalées, des troubles de la conscience apparus après une plus ou moins longue exposition au soleil (plage par exemple) signent le “coup de chaleur” qui est en réalité le terme ultime d’une exposition im¬portante à la chaleur. Il faut s’allonger à l’ombre et boire de l’eau, prendre une douche ou au moins se mouiller le front, se reposer.
CHOLERA
Maladie bactérienne qui se traduit par une diarrhée profuse pouvant entraîner la mort par déshydratation aiguë. Le choléra est encore présent au Vietnam, surtout dans le Delta du Mékong, et au Laos. Le touriste a peu de risques de contracter cette maladie et la vaccination n’est pas nécessaire. Le germe responsable se trouve dans l’eau et les aliments; l’hygiène hydrique (lavage des mains plusieurs fois par jour) et l’hygiène alimentaire sont les meilleurs moyens de se protéger.

CONJONCTIVITES
Atteinte fréquente, d’origine le plus souvent irritative (poussière, insecte) ou virale, se traduisant par une rougeur de l’oeil, un prurit, un larmoiement, la vision étant toujours normale Conduite à tenir:
– éviter le maquillage;
– enlever d’éventuelles lentilles de contact jusqu’à guérison;
– protéger l’oeil du soleil et de la poussière par des lunettes de soleil;
– nettoyer et irriguer l’oeil au sérum physiologique (ou larmes artificielles): 5 gouttes plusieurs fois par jour. Il vaut mieux éviter d’utiliser un collyre antibiotique ou anti-inflammatoire sans avis médical, ces collyres étant souvent inadaptés, voire nuisibles;
– si persistance des symptômes, écoulement purulent, modification de la vision: consulter un médecin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*