GUIDE SANITAIRE 10

I .V. G (Interruption volontaire de grossesse)
Quand?
En France la législation veut que l’I.V.G. soit pratiquée avant la 12ème semaine d’aménorrhée (équivalent à 10 semaines de grossesse).
Où?
On déconseillera de pratiquer l’I.V.G dans ces pays; il faut savoir que l’avortement est interdit au Laos. Vous pouvez pratiquer une I.V.G. à Bangkok: PLANNING FAMILIAL, Sukhumvit soi 12.
Dans tous les cas, il vaut mieux se renseigner auprès d’un des cabinets médicaux des Ambassades.

Voir plus: Jonque privéee Halong | Croisière sur le Mékong | trek 3 jours sapa | circuit vietnam cambodge 21 jours | visa pour aller au vietnam
MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES
Vietnam et Laos sont des pays à haut risque de transmission des maladies sexuetlement transmissi¬bles. Parmi les plus fréquentes, il faut rappeler les morpions et la gale, urétrite et vaginite à gonocoques, chlamydiae et mycoplasmes, herpès génital, syphilis, hépatite B et, bien sûr, infection à VIH dont l’extension prend des proportions alarmantes dans toute l’Asie du Sud-Est et dont le principal mode de contamination reste dans cette région la voie sexuelle. La meilleure protection, outre l’abstinence et la fidélité reste l’utilisation du préservatif. Les préservatifs trouvés localement ne répondant pas toujours aux normes de qualité et de sécurité internationales, il est référable d’utiliser des préservatifs aux normes françaises (NF) achetés avant le départ.
Remarque: La superposition de plusieurs préservatifs n’augmente pas leur efficatité (bien au contraire).

MEDICAMENTS
On peut désormais trouver presque tous les médica¬ments au Vietnam et au Laos; ils sont vendus dans toutes les pharmacies qui les délivrent sans ordonnance et au comprimé. Il faut cependant vérifier les dates de péremption et le conditionnement (pour dépister les contrefaçons) (Cf.Pharmacies). On con¬seillera quand même aux voyageurs d’emmener leurs médicaments usuels, surtout de spécialité (antihyper¬tenseurs, médicaments endocriniens, antipaludiques, etc…) et de prévoir une petite trousse de voyage (Cf. trousse sanitaire).

 

MEDUSES
Les méduses, ou cnidaires, évoluent surtout en eau chaude et peuvent donc être rencontrées sur les côtes du Vietnam. Elles piquent par l’intermédiaire de leurs filaments qui injectent un venin toxique et allergisant. Ces piqûres sont le plus souvent bénignes, mais il peut y avoir plus rarement des réactions sévères, ce qui impose la sortie de l’eau le plus vite possible après toute piqûre de méduse. La prévention est simple: éviter une baignade en milieu infesté, ou bien après une tempête où les méduses ne sont plus visibles, et où de nombreux filaments ont pu être arrachés mais rester dangereux.
Conduite à tenir après une piqûre de méduse:
– éviter de paniquer. L’agitation augmente le risque de nouvelles piqûres;
– sortir de l’eau le plus vite possible;
– enlever les filaments sans provoquer de nou¬velles lésions et neutraliser la toxine:
• avec des gants si possible;
• ne pas frotter ni laver à l’eau douce, ce qui augmente la libération de tox¬ine;
• nettoyer avec de l’eau de mer chaude (50°) ou du vinaigre .
– consulter le médecin en cas de lésions cu¬tanées persistantes.

MORSURES D’ANIMAUX
Les morsures d’animaux peuvent provoquer plusieurs types de problèmes:
transmission du tétanos: la vaccination doit être à jour avant le départ; surinfection bactérienne: une antisepsie locale rigoureuse est indispensable; des problèmes spécifiques en fonction de l’animal: envenimation par un serpent, transmission de la rage pour d’autres animaux, en pratique les chiens au Vietnam, (cf. p70)
Au Vietnam et au Laos, les serpents sont nombreux dans les forêts, les plantations et les terrains des zones périurbaines. Ils sortent surtout le soir et la nuit pour chasser. Il y a schématiquement 5 types de serpents dangereux, qu’il est utile de reconnaître pour pouvoir orienter les soins en cas de morsure:
1- DANS LES ARBRES: généralement de couleur verte (Green Pit Viper), il peut tomber sur ses victimes au cours de ses déplacements;
2- SUR LE SOL:
– de couleur brune feuille morte (Malaysia Pit Viper);
– blanc avec des taches noires arrondies sur le dos ne s’étendant pas sur le ventre (Bungarus). C’est le plus dangereux; se réchauffe près du corps humain la nuit…
– le cobra, pouvant cracher son venin à 1 mètre de distance.
3- DANS L’EAU:
Le serpent de mer est présent dans les estuaires où on évitera de se baigner.
Les morsures de serpent sont souvent très inquiétantes, mais il faut savoir que, dans la moitié des cas de morsure de serpent potentiellement dangereux, il n’y a pas d’inoculation de venin, donc pas de symptômes. Et en cas d’envenimation, la mortalité reste très faible (moins de 1 % chez l’adulte).
Conduite à tenir en cas de morsure de serpent:
– essayer d’identifier le serpent (couleur, situation). Au mieux, le tuer pour identification en centre spécialisé;
– éviter:
• la pose d’un garrot (provoque ischémie et gangrène);
• l’incision de la plaie (aggravation des lésions);
• la succion buccale de la plaie,
– allonger le patient et le calmer;
– nettoyer et désinfecter la morsure;
– faire un bandage compressif englobant tout le membre pour ralentir la circulation de retour et limiter la diffusion du venin: bandage élastique serré en commençant au niveau de la morsure puis bander le membre entier. Un doigt doit pouvoir passer sous le bandage,
– immobiliser le membre par une attelle;
– transporter dans un hôpital pour évaluer l’intérêt de l’utilisation d’un sérum anti-venin;
– vérifier la mise à jour du vaccin antitétanique.
Le centre de référence au Vietnam est le service du Docteur KIEM à l’hôpital CHO RAY, 207 Nguyen Chi Thanh, Saigon, tél: 8 554.137, poste 176.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*