Croyances

Comme la majorité des Kinh, beaucoup d’ethnies à Sa Pa pratiquent le culte des ancêtres. Chaque famille a un simple autel dans la maison pour le culte des ancêtres. Malgré tout, parmi les minorités il y a différents cultes, tabous, et façons de rendre le culte aux ancêtres.
D’autres croyances mêlent mythologie et superstition et on retrouve également des influences du christianisme, du bouddhisme, du taoïsme, et du confucianisme. Chaque canton a un chaman responsable des questions religieuses. Les Dao rendent le culte à leur ancêtre commun “Ban Ho”, et comme les H’mong, ils vénèrent le génie du foyer, le génie du bétail, et Ngu Hai, le génie de la vie. Un sacrifice humain devait être fait lors du culte de ce dernier. Les minorités rendent également le culte au génie du riz, de la terre, du vent, du feu, des rivières et des montagnes. Les autels de ces génies sont posés au pied des arbres sacrés et peuvent être vu dans tout le district. D’autres génies peuvent être honorés à différentes périodes de l’année.

Dzao Rouge Sapa
Les Dao, par exemple, organisent des fêtes familiales en janvier pour les oiseaux, le vent, en mars pour le tonnerre et l’eau…
Les rites agricoles sont organisés au tout début du printemps pour assurer une bonne saison de récolte, la santé, et la prospérité de toute la communauté. Habituellement ces rites sont très simples, le chaman allume des bâtonnets d’encens pour implorer la protection de ces génies.
Les prières et les rites sont aussi courants lors de catastrophes naturelles, maladies, naissances, mariage et décès. Les Giay honorent la Déesse de la Fécondité et croient fermement à la métempsychose; ainsi les oreilles d’un nouveau né sont tatouées pour empêcher sa réincarnation. De nombreux Tay ont les mêmes croyances que les Viet et le taoïsme joue un rôle important lors des naissances, mariages, et funérailles.

A voir : voyages au Vietnam
Les colonialistes français introduisirent également le christianisme dans certains aires d’habitat d’ethnies minoritaires du Vietnam. En général, les habitants locaux avaient peu de considération pour cette religion mais ils étaient intéressés par l’église, et la protection des Français. Au début du XXe siècle, le christianisme s’étendit dans la région des H’mong. Une église catholique fut construite à Sa Pa en 1920 et démolie en 1979 lors de l’offensive chinoise. Avant 1945, il n’y avait que 30 familles catholiques à Sa Pa. Quand les colonialistes français quittèrent le Vietnam, le christianisme, diminua; beaucoup de minorités reprirent leurs croyances traditionnelles.
Aujourd’hui la religion catholique est encore maintenue par quelques H’mong et Dao, sans qu’ils abandonnent pour autant leurs croyances traditionnelles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*